Contenu de la trousse santé-voyage

marcelo-leal-664865-unsplash.jpg

C’est beau, le voyage. Les cocotiers, les mojitos, les poissons tropicaux et l’état de grâce extrême devant le coucher du soleil. Oui, certes, parfois, mais pas seulement. Il y a tout de même des moments moins roses, dont celui où vous vous retrouvez à devoir choisir séance tenante qui monopolisera la cuvette, et qui se contentera du lavabo, en louant toutes les divinités locales que la salle de bain soit entièrement carrelée. Vous voyez le topo, je vous épargne les détails. Quand la santé n’est plus de la partie, le moral est vite plombé.

Le voyage en famille est loin de simplifier les choses. Sans devenir complètement parano, il est bon, voire nécessaire, de partir bien préparés aux diverses éventualités. Cette préparation passe par une trousse de pharmacie. Mais il est bon de savoir qu’il est inutile qu’elle soit énorme et pleine à craquer! Elle doit surtout contenir les bons produits de santé.

Le contenu de la trousse de premiers soins et de santé de base variera en fonction de votre mode de voyage, de la durée et des destinations. Selon que vous prévoyez un voyage en VR de l’Alaska à Ushuaïa, un voyage en voilier dans les Antilles, ou un voyage en sac à dos en Inde, vous devrez faire certains choix.

La clinique de santé-voyage peut vous guider dans ces choix. Il existe également des dizaines de sites Web bien conçus qui proposent des listes plutôt complètes. Pour notre part, nous avons eu la chance d’avoir un FORMIDABLE coup de pouce d’une amie, une ancienne pharmacienne devenue médecin, qui est maman de trois enfants, et qui a voyagé le sac au dos. Elle nous a fait la surprise d’écrire toutes les prescriptions nécessaires en prévision de notre voyage en Asie, et, croyez-le ou non, de nous offrir le tout sur un plateau d’argent (ou dans une trousse rose à paillettes).

Pour ajouter ma pierre à l’édifice (ou celle de notre généreuse commanditaire qui souhaite conserver l’anonymat), voici la liste des produits qui seront dans notre trousse de pharmacie.

  • Anti-inflammatoire non stéroïdien pour adultes et enfants (Ibuprofène)
  • Antidouleur et réducteur de fièvre pour adultes et enfants (Acétaminophène)
  • Sels de réhydratation orale pour adultes et pour enfants
  • Antihistaminique en comprimés (Benadryl) – surtout pour notre fils qui réagit très fort aux piqûres d’insectes et à divers éléments pas toujours identifiables
  • Antihistaminique de 2e génération (Reactine) – particulièrement en cas de rhinite allergique (nous comptons deux asthmatiques dans nos rangs)
  • Antihistaminique H2 (Ranitidine) – en cas de brûlements d’estomac
  • Antidiarrhéique (Imodium, ou lopéramide) – en cas de diarrhée sans mucus, ni de sang ni de fièvre
  • Crème antifongique (Clotrimaderm) – en cas de vaginite ou pied d’athlète
  • Antifongique en comprimés (Diflucon fluconazole) – utilisé dans le traitement des infections vaginales à levure
  • Antiémétique en comprimés et en suppositoires (Gravol) – pour soulager la nausée et le mal des transports
  • Antiémétique en comprimés (Zofran) – si le Gravol est inefficace (c’est de l’artillerie lourde!)
  • Antibiotique macrolide (Azithromycin) – en cas de bronchite ou de diarrhée du voyageur (avec sang et mucus dans les selles, et fièvre)
  • Antibiotique à large spectre en comprimés (ciprofloxacine) – en cas d’infection urinaire ou de diarrhée du voyageur (avec sang et mucus dans les selles, et fièvre)
  • Antibiotique et antiparasitaire (Métronidazole) – en cas de vaginose
  • Antipaludique
  • Cépacol (anesthésique pour les maux de gorge)
  • Bandages élastiques
  • Diachylons de différentes tailles
  • Détersif pour la peau (Dexidin) – nettoyant
  • Onguent antibiotique triple
  • Une pince à épiler
  • Un thermomètre
  • Petits ciseaux
  • Le nécessaire pour mes deux asthmatiques! Donc, bronchodilatateurs et des anti-inflammatoires, en plus d’une aérochambre pour faciliter l’administration.

Bon, je dois l’admettre, la trousse sera assez dodue. Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais… Mais à moins d’une fracture ouverte ou d’un urgent besoin de faire des points de suture, nul besoin d’arpenter les murs d’une clinique ou d’une pharmacie. Quoique d’expérience, certains établissements de santé à l’étranger sont impeccables, et le service, hors pair.

Nous sommes généralement de très petits utilisateurs de médicaments. En voyage, la donne change toutefois un peu. Être malade en voyage peut rapidement nuire au déroulement des activités et au moral des troupes, et gérer une situation qui dégénère n’est pas du tout souhaitable. Il ne nous reste donc à espérer que nous reviendrons avec la trousse de médicaments toujours aussi garnie, un peu honteux d’en avoir apporté tant.

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s